Supposons un timestamp pour l’enregistrement de début et de fin, afin de ne pas être obsolète d’ici quelques années, stockons le sur 64bits soit 8 octets, soit un total de 16 octets pour le début et la fin de session de monitoring du logiciel Hadopi.

Ajoutons y maintenant un identifiant unique de connexion soit 16 octets (comme une adresse IPv6 en fait).

Nous arrivons à un total de 32 octets par internaute par jour.

Considérons maintenant que la moitie des internautes français l’ont installé soit environ 15 millions d’utilisateur qui surfent sur internet une fois par jour.

Nous parlons donc ici de 480 millions d’octets par jour (457,7 Mo en unité informatique).

Soit 175 milliard par an. Environ 170Go (167Go en reprenant l’approximation précédente) me direz vous c’est peu en regard des capacités actuelles, oui, je vous l’accorde mais ce chiffre ne compte pas les données récoltées sur votre utilisation d’internet.

Prenons le chiffre pas si aberrant, ni si important d’un méga octet par jour et par internaute – incluant donc communication électronique (MSN & Cie), ports ouverts, activité sur le web, etc … – et faisons le même calcul, je vois d’ici ceux qui sortent leur calculatrice, ce n’est pas vraiment utile, on parle maintenant d’environ 15To (14,64To pour être précis) de donnée par jour et de leur stockage par la Hadopi.

Ce volume de données journalier représente à l’année 5346To de données.

Pour simplifier, j’arrondirais à 5400To.

Considérons maintenant un disque dur commercial d’un Terra Octet (1To). Que pour des simplification de calcul on considère pouvoir remplir à 100%, donc y stocker 1To de données utiles et non environ 930Go comme c’est le cas dans la réalité.

Il nous en faut donc 5400 pour stocker les logs d’une année (sans compter la redondance).

Un disque dur de qualité correcte consomme environ 0.5A sous 5V et autant sous 12V, nous ne prendrons pas de basse consommation, parce qu’il s’agit d’avoir des disques qui tournent quand même correctement pour faire les accès BDD en lecture et en écriture.

Il consomme donc, exprimé en Watts par heure : 0.5 * 5 + 0.5 * 12 = 2.5 + 6 = 8.5Wh.

Soit un total de 45 900 Wh, rien que pour le disque dur de stockage, c’est à dire, sans les serveurs qui les font tourner ni, les disques de redondance.

Le prix du KWh, selon ma dernière facture EDF est de 0.0803€ H.T..

On est donc à 3.68€ H.T. d’électricité par heure, soit 32 287€ H.T. d’électricité par an, et toujours rien que pour les disques dur, sans compter la redondance, et les serveurs, une facture de plus de 100 000€ est plutôt à prévoir, au minimum, en comptant que la Haute Autorité ne conserve qu’une seule année d’historique.

Note avec un système en RAID5+0, assez standard dès qu’on parle de stockage à usage intense, on arrive à un rapport de 5/12 (5 disques utiles + 1 de spare pour…=12. Donc 5 disques dur utiles pour un total de 12 disques durs, soit un total de 13 000 disques durs (12 960 en fait).

Revenons maintenant sur la bande passante, je vous ai dit tout à l’heure, 15To par jour, soit environ 182Mo/s en continu, mais les choses sont ainsi faites qu’il est plus que probable que les 70% de ces 15To soient générés entre 16h et 22h (heures ou les surfeurs sont les plus actifs), soit environ 10To en 6h de temps, soit 1.75To/h soit 509.7Mo/s en permanence pendant ces 6h.

Les tarifs du peering étant approximativement les suivants :

Point of Presence Interfaces available Price (euros/month VAT not included)
Telehouse 2 Telehouse 1 Netcenter Neuf Courbevoie GigabitEthernet 6000€
Telehouse 2 Telehouse 1 Netcenter Neuf Courbevoie Additionnal GigabitEthernet (maximum 3) 7000€
Telehouse 2 Telehouse 1 Netcenter Neuf Courbevoie Ten GigabitEthernet 35000€

Une interface GigabitEthernet permettant un transfert de 100Mo/s, il en faut au moins 5, mais bon pour prévoir les pics de trafic, 10 me semble un bon compromis technique.

Une facture de 35 000€ H.T. mensuelle est donc à prévoir pour le transfert des données. On est donc à 420 000€ H.T. par an pour le peering.

Ajoutons à cela le coût de la maintenance des nombreux serveurs sur la base de 5 techniciens IT (je crois que c’est le minimum pour un service continu), chacun coûtant environ 100 000€ à l’année, et nous dépassons le beau chiffre de 1 million d’euro H.T., je vous épargnerais les 200k€ de T.V.A., rien que pour la plateforme technique de la loi, on a pas encore parlé du salaire du juge, ni des membres de la commission qui vont passer 30 secondes par dossier et toucher un chèque astronomique à la fin du mois. Je n’ai pas non plus inclus dans ce chiffre, la location du mètre carré dans un datacenter, et il va en falloir des m² pour stocker tout ça.

2 Comments

2 responses to Petit calcul sur le coût d’une loi

  1. ronane on septembre 8, 2009 at 13:19

    euh… le « coût » d’une loi et pas le coup… même si c’est un loi qui fait mal. ^^
    (normalement je m’en fou de ce genre de trucs mais dans le titre de l’article ca tache un peu)

  2. Duncane on septembre 8, 2009 at 13:36

    @ronane :Oups, merci. Voilà ce que c’est que de rédiger un billet depuis un téléphone portable.

Laisser un commentaire